Mon Roman: Les Chronique d'Auraglarad (extrait)

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mon Roman: Les Chronique d'Auraglarad (extrait)

Message  Elfe des champs le Jeu 24 Mai 2007 - 23:02

Bin voila je le fais, je me doute que genre deux personne le liront mais bref ...
Ceci est un morceau, cour éxtrait, de ''La sphére du néant'', l'une des Chroniques les plus aboutis du monde que j'ai créer. Il éxiste d'autre Chronique tel que ''La guerre du Désastre'' et ''Les Sphéromondes'' mais vue que je suis le seul écrivain, vous étes pas prés de voir un de ces livres en librairie !!!

Donc je vais rien éxpliquer car pour l'instant, c'est inutile, juste les détails qui vous aiderons a comprendre cette éxtrait !
ET le but de cet extrait est quant a lui de montrer qu'on peu faire des belles choses (certes violente) avec juste des mots ^^

Donc:
Contexte: Nevik, le héro, participe a un grand tournoie (pas besoin d'en savoir plus)
Son ennemie du jour est Clorik, imaginez un géant de 2mètres battit comme un mur et dont l'arme est une énorme boule a pique de la taille d'un ballon de basquet accroché a une grosse chaines ! Ça situe bien le personnage !
Ensuite, le ''Bouclier d'Enorad'' est l'arme secondaire de Nevik, c'est un Bouclier Serpent, c'est a dire un bouclier dont le centre est relié a une chaine ensorcelé et un rotor accroché a un gantelet ! L'utilité ? On peu envoyer le bouclier dans les air et s'en servir d'arme puis le récupéré comme un gros yoyo !


Bonne lecture ^^


Spoiler:
Lorsqu’il fit son entrée dans l’arène, une étrange fumée violacée était répandu de toute par. De nombreuse trace de brûlure s'étaler sur le sable à quelque pas de la porte. Il s’aperçut alors que les combats de mage avait eux aussi lieu dans l’arène principal, et que le dernier avait dû être particulièrement intense.
La brume violette lui voilant le champs de bataille était un handicap de taille, mais d’un autre coté, cela ralentirait encore plus son adversaire qu'il savait déjà très lent...
Erreur…
Un cliquetis attira son attention sur sa droite et un énorme boulet transcenda la brume pour venir se figer dans le mur derrière lui. Nevik, à terre, avait eu le réflexe qui sauve, mais le boulet avait déjà disparu traîné par sa chaîne.
Son ennemis ne se soucier que peu de ne pas le voir, ce qui importé pour lui était que son arme le touche, avec assez de puissance pour le mettre KO d'une attaque !
Un autre cliquetis suivit d’un assaut d’une vitesse effarante fendit l’air au dessus de ses oreilles.
Toujours allongé au sol, Nevik n’osait bouger de peur de s’exposer à cette attaque dévastatrice. La chaîne passa plusieurs fois au dessus de sa tête et soudain, les assaut stoppèrent.
S'ensuivit un sifflement lourd et puissant. Bientôt la brume forma un tourbillon autour de Clorik. Une tornade violette et violente dont le créateur était au centre.
Peu à peu la fumée monta et Nevik pu enfin deviner où se trouvé l’assaillant. Il envoya son bouclier à l’assaut et celui-ci s’enroula autour des pieds de la tornade pour la tirer violemment en arrière. Le boulet échappa aux mains de son maître et vint s’écraser contre le mur Ouest de l’arène.
Une occasion en or, Nevik se leva comme un lièvre tout en ramenant le bouclier d’Enorad à lui et fonça dans la fumée, il abattit son épée sur ce qui aurait du être une jambe mais ne rencontra que de la terre et du sable.
Clorik, quant à lui, courait déjà pour récupérer son instrument afin de l’abattre au travers de la fumée, mais Nevik avait sentit le coup venir et il se projeta sur le coté n’évitant que de peu une attaque directe écrasante.
Il courut ensuite vers l’ennemi enfin en vue.
Celui-ci eu un sourire et lorsque Nevik abattit son épée en direction de son épaule, il leva simplement la chaîne et y bloqua la lame. Un tour de bras suffit pour voir Nevik désarmé. il fut ensuite remercier de son assaut par un coup de poing en plein visage.
Ejecté en arrière, il dut éviter de se faire écraser par le boulet meurtrier, et ensuite par la botte du guerrier.
Reprenant ses esprit et oubliant alors toute stratégie, Nevik fonça droit sur l’homme puis se lanca entre ses jambes à l’improviste tout en roulant sur lui-même. Clorik n’eu pas le temps de retourner que la lame fraîchement récupéré par Nevik lui trancha une bonne partit du dos.
Il tenta d’écarter Nevik d'un coup de chaîne mais celui-ci était trop prés, il attrapa l'arme et tira Clorik vers lui avant de lui écraser son bouclier sur le nez avec toute sa force. Le guerrier tomba au sol dans une gerbe de sang et ne se releva pas. Trois attaque avait suffit à le vaincre.


Et le combat suivant !

Spoiler:
Cinquième journée et quarts de finale.
Huit mages avaient combattu durant la matinée pour ne désigner que quatre demi-finaliste et maintenant, midi sonnant, c’était au tour des huit derniers combattant de s’affronter dans l’arène pour les mêmes raisons.
Les conditions climatiques ne s’étaient guère améliorées depuis la nuit dernière. De grand éclair continué de strier le ciel et une lourde pluie rendait le sol glissant et les habits lourds.
Des conditions idéales pour un démon ne portant ni vêtement ni arme, et pouvant voler au dessus de la boue. Nevik ne savait pas du tout comment il allait pouvoir vaincre son opposant, et l’angoisse de perdre un membre sous la fureur de la créature l’empêcher de penser librement.
En plus de cela, il passait en dernier et c’est l’angoisse au creux des reins qu’il attendit que la quatrième bille glisse, sonnant le combat fatidique. Lorsque celle-ci arrivât ce fut comme un poids supplémentaire s’écrasant sur son estomac.
Plus de place pour faire marche arrière, il avançât donc, l'arme à la main et entra dans l’arène obscure. Celle-ci semblait vide mais un éclair qui s’écrasa sur un paratonnerre non loin illumina son affreux adversaire plus noir que la nuit la plus profonde. Celui-ci ce tenait au centre de l’arène, bras en croix et sourire vicieux accroché aux lèvres.

Le démon étendit alors ses puissantes ailes et d’un coup sec, fit un bond en arrière de trois mètre. Nevik se plaçât alors en posture défensive prés à parer toute attaque tandis que Rëorall sauta en l’air les bras toujours croisé. Dans un claquement sonore, il déploya la voilure de ses appendice dorsale et plongea droit vers le guerrier. Celui-ci plongea de coté mais le démon réussi à lui attraper une jambe et le balançât violemment contre le mur.
Une douleur fit taire sa respiration et d’un regard rapide, il vit le démon repartir à l’assaut, toujours aussi rapide et implacable. Empêtré dans la boue et le souffle coupé, Nevik se fit happer la gorge par la main du démon qui le plaqua contre le mur.

- C’est tout ce que tu peux faire misérable humain ?! Tu ne mérites même pas que je t’affronte pauvre larve !

La voix de Rëorall était semblable au crissement d’une craie. Horriblement aigu et désagréable.
Afin de se soustraire à la prise, Nevik élança un bras vers sa ceinture et agrippa la dague de Cram le plus discrètement possible. Il perçut dans le regard du démon une lueur d’interrogation, certainement dut à la réflexion du traitement qu’il allait lui faire subir. Mais Nevik n’était pas décidé à lui faciliter la tache, il élança son bras et parvint à planter la dague au creux des côtes de Rëorall. Il hurla de douleur, lâcha prise et envoya une énorme gifle au visage du guerrier qui partit s’écraser dans la boue. Le monstre empoigna la dague et tenta de l’arracher mais une intense douleur lui déchira les entrailles. Nevik se releva et lui lança d’un air moqueur.

- Si tu sais ce qu’est un hameçon, je te conseil de lacher cette dague, tu risque d’y perdre plus qu’un peu de peau, sale bête !

Une fureur indescriptible s’empara de Rëorall qui courut sur Nevik pour le dépecer. Mais alors qu’il allait l’attraper une nouvelle douleur lui déchira la cuisse stoppant son assaut. Un bouclier à dent de scie dissimulé dans la boue et relier directement au bras de son adversaire venait en effet de lui trancher une bonne partit de la jambe.

Nevik savait qu’il aller un peu loin, mais il sentait que ce démon n’était pas prés à respecter les termes du tournoi, et que s’il le désirait, il le tuerait ici et maintenant sans aucune hésitation. Le bouclier d’Enorad revenu à son bras, il l’envoya directement sur l’une des ailes de son ennemi afin de l’immobiliser complètement mais celui-ci attrapa la chaîne sans peine. Il gratifiât le combattant d’un sourire obscène et s’envola tout en l’emportant avec lui. L’épaule gauche de Nevik manqua de se déboîter sous le choc mais elle tint heureusement bon.
Le sol semblait trop loin à son goût et soudain, le démon tira vivement sur la chaîne ce qui éjecta Nevik à sa hauteur, puis il lui écrasa son pied au milieu du ventre pour le pousser vers le sol. La chute parut durée une éternité et l’atterrissage une seconde. Même si la boue lui évita la mort, Nevik ne parvint pas à se relever, ni même à bouger d’ailleurs. La douleur envahit chaque particule de son être et brouilla jusqu'à sa vision. Mais plus que le choc, ce qui le faisait souffrir était de savoir qu’il avait perdu. Que son adversaire l’avait touché quatre fois et que le dernier assaut réglerait la question. Plus personne vers qui se tourner. Il attendit l’implacable assaut de Rëorall, flottant quelques mètres au dessus de lui.

Le démon hésita à mettre son adversaire à mort, il lui avait tout de même bien entaillé la jambe. Il devait payer ! Nul ne devait pouvoir se vanter de l’avoir blesser ! Et ce poste stupide de mercenaire ne l’intéressé pas. Un ordre est un ordre, mais nul ordre ne surpasserait son honneur ! Il décida donc que ce jeune guerrier allait mourir ! Il fit claquer ses ailes contre la pluie et le vent et s’éleva loin au dessus de l’arène. Là-haut tout était silence, il s’apprêtait à plonger pour réduire son adversaire en bouilli.

Nevik leva les yeux au ciel, prés à recevoir son châtiment comme un vrai combattant. Rëorall n’était plus qu’un point dans le ciel. Un point qui commença rapidement à grandir. Il fonçait droit sur lui ! Mais soudain… Une énorme explosion déchira l’arène des fondateurs, illuminant les murs, la foule et la ville… Un éclair tout proche.
Nevik réouvrit les yeux, il était vivant et à quelque centimètre de sa tête gisait l’un des bras de Rëorall et le reste de son corps tapissait probablement la foule ! Trop heureux de vivre pour se demander comment, il se laissa porté par l’épuisement et s’endormit.







Voila, si ça vous a plut et que vous en voulez plus, Bah demandez !
Pis si vous voulez en savoir plus sur le monde d'Auraglarad, de ses dieux, ses héros, ses légendes, ses peuples, ses trésors et ses secret, bah suffit de demander

:cheers:

A tchou !


Dernière édition par Elfe des champs le Lun 25 Fév 2008 - 19:21, édité 2 fois
avatar
Elfe des champs

Masculin Nombre de messages : 2106
Age : 30
Date d'inscription : 28/04/2007
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon Roman: Les Chronique d'Auraglarad (extrait)

Message  solidsilversoldier le Ven 25 Mai 2007 - 18:52

JADOOOOOOOOOOOOOOOre ! c'est hyper bien fait ce texte ! je suis fan ! jadore cette extrai alors :
OUI JEN REDEMANDE !!!!!
avatar
solidsilversoldier
Retraité

Masculin Nombre de messages : 3522
Age : 25
Date d'inscription : 07/03/2007
Localisation : Royaume Skate-land !

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon Roman: Les Chronique d'Auraglarad (extrait)

Message  gohan40500 le Lun 28 Mai 2007 - 18:45

Moi je suis un fan de ce genre de texte et te tire mon chapeau car ce texte est très accrocheur même si ce n'est qu'un extrait continue comme ca moi aussi j'en redemande :bounce:
avatar
gohan40500

Masculin Nombre de messages : 113
Age : 24
Date d'inscription : 26/05/2007
Localisation : Devant l'ordinateur chez moi

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon Roman: Les Chronique d'Auraglarad (extrait)

Message  Elfe des champs le Lun 28 Mai 2007 - 20:37

dans ce cas je posterais un autres éxtrait trés vites !

Mais faut me dire ce que vous aimez ?

Je peux vous exposer de l'histoire, des légendes, du contexte, de la mythologie, du systéme politique, des combats palpitant ou des séquence de réfléxion !!

Parce qui a tout ça dans mon bouquin !
:cheers:
avatar
Elfe des champs

Masculin Nombre de messages : 2106
Age : 30
Date d'inscription : 28/04/2007
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon Roman: Les Chronique d'Auraglarad (extrait)

Message  Stenodyon le Lun 28 Mai 2007 - 21:06

Ton texte est exellent et c'est justement le type d'écriture que j'adore.Je voudrais savoir si tu pouvais me faire une copie de ton bouquin et me l'envoyer car je sens que ça va me plaire !
Moi, comme les autres, j'en redemande aussi :yes:
avatar
Stenodyon

Masculin Nombre de messages : 114
Age : 23
Date d'inscription : 25/05/2007
Localisation : Dans ma chambre a manger des 'becs !

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon Roman: Les Chronique d'Auraglarad (extrait)

Message  Omega le Lun 28 Mai 2007 - 21:42

Meme si j'aime pas les romant , je trovue que cetet extrai est tres réusi ^^
avatar
Omega

Masculin Nombre de messages : 2629
Age : 24
Date d'inscription : 03/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon Roman: Les Chronique d'Auraglarad (extrait)

Message  Elfe des champs le Mer 30 Mai 2007 - 2:58

Alors comme ça on aime hein !!
Dans ce cas je vous donne un autre combat d'aréne !
Et oui je suis comme ça, pas envie d'en raconter plus de l'histoire, mais daccord pour afficher les combats qui s'y déroule !
Même si je donnerais pas le derniére combat du tournoi, je risque peut être d'afficher d'autre surprise, selon vos désir de lire bien sur !!

Allez ! Contexte !
Notre valeureux héros (oui on peu dire ça) se retrouve aprés moulte éffort en quart de finale, il lit le pannonçaux d'annonce de duel au premiére lueur du jour a s'apperçoit que son prochain adversaire est Rëorall ! Un démon noir, espéce assez peu représenté au vue de la guerre du désastre qui, 4000 années plus tot, a détruit le peuple des elfes et celui des démons !
En bref Rëorall est un survivant du grand carnage, et il décide de participer au tourno vue que personne ne peux s'opposer a cela ! Et qu'il s'agit d'un ordre de ses supérieurs, car la victoire au tournoi des fondateurs offre le post de ''mercenaire des fondateurs'', ce qui correspond a un poste de grande honneur, offrant énormément de pouvoir et de responsabilité, une place enviable pour une taupe donc !
Nevik pars rejoindre Cram, son compagnon de voyage, celui ci lui explique alors que Rëorall est une furie ! Que son dernier adversaire à eu les deux bras arraché par la force du monstre !
Ne sachant que faire d'autre, Cram offre à Nevik sa Dague fétiche, une vielle relique de famille dont la lame forme la courbe d'un hameçon (une arme de pute quoi !) et lui souhaite bonne chance !
Et en plus de ça, un énorme orage se déclare peu avant le début du combat !
Allez en scéne !!



Cinquième journée et quarts de finale.
Huit mages avaient combattu durant la matinée pour ne désigner que quatre demi-finaliste et maintenant, midi sonnant, c’était au tour des huit derniers combattant de s’affronter dans l’arène pour les mêmes raisons.
Les conditions climatiques ne s’étaient guère améliorées depuis la nuit dernière. De grand éclair continué de strier le ciel et une lourde pluie rendait le sol glissant et les habits lourds.
Des conditions idéales pour un démon ne portant ni vêtement ni arme, et pouvant voler au dessus de la boue. Nevik ne savait pas du tout comment il allait pouvoir vaincre son opposant, et l’angoisse de perdre un membre sous la fureur de la créature l’empêcher de penser librement.
En plus de cela, il passait en dernier et c’est l’angoisse au creux des reins qu’il attendit que la quatrième bille glisse, sonnant le combat fatidique. Lorsque celle-ci arrivât ce fut comme un poids supplémentaire s’écrasant sur son estomac.
Plus de place pour faire marche arrière, il avançât donc, l'arme à la main et entra dans l’arène obscure. Celle-ci semblait vide mais un éclair qui s’écrasa sur un paratonnerre non loin illumina son affreux adversaire plus noir que la nuit la plus profonde. Celui-ci ce tenait au centre de l’arène, bras en croix et sourire vicieux accroché aux lèvres.

Le démon étendit alors ses puissantes ailes et d’un coup sec, fit un bond en arrière de trois mètre. Nevik se plaçât alors en posture défensive prés à parer toute attaque tandis que Rëorall sauta en l’air les bras toujours croisé. Dans un claquement sonore, il déploya la voilure de ses appendice dorsale et plongea droit vers le guerrier. Celui-ci plongea de coté mais le démon réussi à lui attraper une jambe et le balançât violemment contre le mur.
Une douleur fit taire sa respiration et d’un regard rapide, il vit le démon repartir à l’assaut, toujours aussi rapide et implacable. Empêtré dans la boue et le souffle coupé, Nevik se fit happer la gorge par la main du démon qui le plaqua contre le mur.

- C’est tout ce que tu peux faire misérable humain ?! Tu ne mérites même pas que je t’affronte pauvre larve !

La voix de Rëorall était semblable au crissement d’une craie. Horriblement aigu et désagréable.
Afin de se soustraire à la prise, Nevik élança un bras vers sa ceinture et agrippa la dague de Cram le plus discrètement possible. Il perçut dans le regard du démon une lueur d’interrogation, certainement dut à la réflexion du traitement qu’il allait lui faire subir. Mais Nevik n’était pas décidé à lui faciliter la tache, il élança son bras et parvint à planter la dague au creux des côtes de Rëorall. Il hurla de douleur, lâcha prise et envoya une énorme gifle au visage du guerrier qui partit s’écraser dans la boue. Le monstre empoigna la dague et tenta de l’arracher mais une intense douleur lui déchira les entrailles. Nevik se releva et lui lança d’un air moqueur.

- Si tu sais ce qu’est un hameçon, je te conseil de lacher cette dague, tu risque d’y perdre plus qu’un peu de peau, sale bête !

Une fureur indescriptible s’empara de Rëorall qui courut sur Nevik pour le dépecer. Mais alors qu’il allait l’attraper une nouvelle douleur lui déchira la cuisse stoppant son assaut. Un bouclier à dent de scie dissimulé dans la boue et relier directement au bras de son adversaire venait en effet de lui trancher une bonne partit de la jambe.

Nevik savait qu’il aller un peu loin, mais il sentait que ce démon n’était pas prés à respecter les termes du tournoi, et que s’il le désirait, il le tuerait ici et maintenant sans aucune hésitation. Le bouclier d’Enorad revenu à son bras, il l’envoya directement sur l’une des ailes de son ennemi afin de l’immobiliser complètement mais celui-ci attrapa la chaîne sans peine. Il gratifiât le combattant d’un sourire obscène et s’envola tout en l’emportant avec lui. L’épaule gauche de Nevik manqua de se déboîter sous le choc mais elle tint heureusement bon.
Le sol semblait trop loin à son goût et soudain, le démon tira vivement sur la chaîne ce qui éjecta Nevik à sa hauteur, puis il lui écrasa son pied au milieu du ventre pour le pousser vers le sol. La chute parut durée une éternité et l’atterrissage une seconde. Même si la boue lui évita la mort, Nevik ne parvint pas à se relever, ni même à bouger d’ailleurs. La douleur envahit chaque particule de son être et brouilla jusqu'à sa vision. Mais plus que le choc, ce qui le faisait souffrir était de savoir qu’il avait perdu. Que son adversaire l’avait touché quatre fois et que le dernier assaut réglerait la question. Plus personne vers qui se tourner. Il attendit l’implacable assaut de Rëorall, flottant quelques mètres au dessus de lui.

Le démon hésita à mettre son adversaire à mort, il lui avait tout de même bien entaillé la jambe. Il devait payer ! Nul ne devait pouvoir se vanter de l’avoir blesser ! Et ce poste stupide de mercenaire ne l’intéressé pas. Un ordre est un ordre, mais nul ordre ne surpasserait son honneur ! Il décida donc que ce jeune guerrier allait mourir ! Il fit claquer ses ailes contre la pluie et le vent et s’éleva loin au dessus de l’arène. Là-haut tout était silence, il s’apprêtait à plonger pour réduire son adversaire en bouilli.

Nevik leva les yeux au ciel, prés à recevoir son châtiment comme un vrai combattant. Rëorall n’était plus qu’un point dans le ciel. Un point qui commença rapidement à grandir. Il fonçait droit sur lui ! Mais soudain… Une énorme explosion déchira l’arène des fondateurs, illuminant les murs, la foule et la ville… Un éclair tout proche.
Nevik réouvrit les yeux, il était vivant et à quelque centimètre de sa tête gisait l’un des bras de Rëorall et le reste de son corps tapissait probablement la foule ! Trop heureux de vivre pour se demander comment, il se laissa porté par l’épuisement et s’endormit.



Note1: La bille dans la salle au début indique l'ordre de passage des combattant, chaque bille qui glisse d'un trou du plafond envoi un nouveau combattant dans l'aréne !
Note2: Pour gagner le combat, il suffit de toucher 5fois son adversaire, voila pourquoi ça fait chier Nev de se faire toucher 4fois.
Note3: Le tournoi stipule qu'il est interdit de tuer un participant, même si on a le droit de mutiler sauvagement ^^
Note4: Si vous n'avez pas compris, c'est la dague de Cram planté dans le corps de Rëorall qui a fait paratonnerre et permis a l'éclair de pulvériser le démon !

Voaaaalaaaa
Encore ??

:albino: 🎅 :cheers:
avatar
Elfe des champs

Masculin Nombre de messages : 2106
Age : 30
Date d'inscription : 28/04/2007
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon Roman: Les Chronique d'Auraglarad (extrait)

Message  Azi0TE le Mer 30 Mai 2007 - 8:13

J'suis trés fégniant en lecture xD
avatar
Azi0TE

Nombre de messages : 244
Date d'inscription : 07/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon Roman: Les Chronique d'Auraglarad (extrait)

Message  gohan40500 le Mer 30 Mai 2007 - 12:46

J'adore trop je suis ton fan est ce que tu pourrait m'envoyer une copie de ton livre stp car c'est tres accrochant !! :face:
avatar
gohan40500

Masculin Nombre de messages : 113
Age : 24
Date d'inscription : 26/05/2007
Localisation : Devant l'ordinateur chez moi

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon Roman: Les Chronique d'Auraglarad (extrait)

Message  ragna le Mer 30 Mai 2007 - 12:53

ENCORE OUI ENCORE DES TONNES DE COMBATS !!
Sincérement c'est génial , avec la touche 'humour nécessaire !
ENCORE ENCORE ENCORE
avatar
ragna

Masculin Nombre de messages : 184
Age : 23
Date d'inscription : 08/05/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon Roman: Les Chronique d'Auraglarad (extrait)

Message  solidsilversoldier le Mer 30 Mai 2007 - 13:37

ouaw......GENIAL !!!!!!!!! C'est un texte de ouf ! jadoooooore , encore mieux que le premier !!!!!!!! Encore comme dirai ragna XD
avatar
solidsilversoldier
Retraité

Masculin Nombre de messages : 3522
Age : 25
Date d'inscription : 07/03/2007
Localisation : Royaume Skate-land !

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon Roman: Les Chronique d'Auraglarad (extrait)

Message  Stenodyon le Mer 30 Mai 2007 - 13:45

ENCORE mwarg ENCORE c'est génial tu as d'exellentes idées.
Par contre
ses appendice dorsale
quelle horreur
ses appendices dorsaux
avatar
Stenodyon

Masculin Nombre de messages : 114
Age : 23
Date d'inscription : 25/05/2007
Localisation : Dans ma chambre a manger des 'becs !

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon Roman: Les Chronique d'Auraglarad (extrait)

Message  Elfe des champs le Mer 30 Mai 2007 - 13:46

Je suis trés honoré qu'il vous plaise autant mon bouquin ^^
Même si la vous avez que des scénes d'actions pur et aucun morcau d'histoire
Et hélas, c'est l'histoire que j'ai mis le plus de temps a développer, et donc, j'ai écris qu'une dizaine de chapitre non finalisé sur la quarantaine de prévu par le scénario, donc je pourraisc pas poster le livre entier ni le donner a quelqu'un, mais plus tard je vous ferais un topo sur l'histoire de ce livre la, vue qui en a plusieur en faite !

Bon ce soir je vous post un autre combat bien énorme, qui fait transition entre deux chapitres !
Et qui remontera a l'enfance de Nevik, c'est le combat du premier chapitre et j'éspére qu'il vous plaira !!

Merci encore pour vos avis favorable, c'est le genre de truc qui me donne envie d'écrire plus!

:cheers:
avatar
Elfe des champs

Masculin Nombre de messages : 2106
Age : 30
Date d'inscription : 28/04/2007
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon Roman: Les Chronique d'Auraglarad (extrait)

Message  ragna le Mer 30 Mai 2007 - 15:35

Bonne chance :D
avatar
ragna

Masculin Nombre de messages : 184
Age : 23
Date d'inscription : 08/05/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon Roman: Les Chronique d'Auraglarad (extrait)

Message  Elfe des champs le Jeu 31 Mai 2007 - 18:04

je viens a peine de remarquer ta note Stenodyon, je tacherais de le recorriger sur la version finale, mais de toute façon, les deux combats la sont encore en gestation, donc ils sont pas finalisé, reste plein d'effet de style a mettre et tout et tout !

maintenant, un autre, vue que ça plait, je vais pas me plaindre ^^
Ce n'est pas un combat opposant Nevik a un adversaire cette fois ci, car Nevik est alors agée de 14ans, il est donc tout jeune et sera spectateur de la scéne !

Contexte: Nevik vie dans une cabanne en forét, a quelque lieu d'un village forestier au abord d'une montagne, se village, Gabrya, était anciennement un pole minier important mais aujourd'hui, il vie sur ses vieux souvenirs de Gloire !
La mère de Nevik est morte a sa Naissance, et son père, de peur de perdre également son fils, le prive de presque tout ce qui pourrait lui nuir ou être dangereux ! Mais son attitude protectrice force l'enfant a vouloir en découvrir plus ! Il se rend donc souvent au village pour voir Gorback, un vieux soldat et désormais précepteur du village (un prof donc). Peu avant ses 14 ans, le vieux sage lui indique qu'il compte lui offrir un présent trés rare car il repére en lui les qualité requise pour le manier (Gorback entraine l'enfant a l'art du combat, et compte lui offrir le bouclier d'Enorad!)
C'est donc le matin de ses 14ans que Nevik sors sans mot dire de chez lui et cour a travers les bois pour allez récupérer le présent dont il ignore encore tout !


Action !


Nevik, perdu dans ses pensées, ne prit pas immédiatement conscience de la forte odeur de fumée et des cendres qui se mélangeaient à la neige immaculée, ni des quelques animaux qui fuyaient dans la direction opposée à sa marche. La neige recouvrait l’intégralité du sol et il ne remarqua pas non plus l’énorme racine qui sortait de la terre. Il ne découvrit l’obstacle qu’au moment où sa jambe se prit dedans et qu’il s’écrasa tête la première dans la neige.
Rapidement, le froid lui fit reprendre ses esprits mais il resta ainsi allongé, écoutant le silence aussi glacé que l’air ambiant… L’atmosphère était étrangement sombre et lourde, si bien qu’on eût cru que la forêt entière tremblait face à un terrible danger. Nevik, angoissé par cette atmosphère anormale, sentait autour de lui quelque présence malfaisante… Malgré ce pressentiment gênant, il ne trouva aucune trace de vie aux alentours.
Un vif bruit de pas s’éleva dans son dos et une gigantesque ombre se dessina entre les arbres, s’arrêtant à quelques pas de l’enfant. La peur le submergea mais il resta tapi à l’abri d’un buisson.
L’ombre s’arrêta net et Nevik put reconnaître la forme d’un homme, d’un immense homme aux bras à la musculature puissante. Le géant se tourna lentement vers l’endroit où l’enfant s’était heurté au sol et inspecta les sous-bois dans un silence perturbé par sa lourde respiration.
Soudainement, il brisa le calme par un grognement de rage suivit des quelques mots : « Où est-tu démon ? ! »
L’être à l’apparence humaine, mais dont le cri bestial laissé à penser le contraire, s’avança légèrement et, à l’aide de sa main droite, sortit de l’ombre une immense hache ornée de runes au niveau du manche.
C’était un homme immense et puissant en apparence, les muscles saillants de ses bras s’accordaient parfaitement avec l’architecture de son corps. On l’aurait cru battit dans un bloc unique de marbre. Son regard était dur, froid et aucun sentiment autre que la rage ne pouvait se lire sur son visage.
Par chance, il ne découvrit pas le jeune Nevik camouflé par un petit arbuste. En effet, la vision de l’homme ne parvint pas à filtrer l’épais feuillage qui recouvrait l’enfant. Le barbare se mit alors à parler assez fort pour porter sa voix sur des lieux a la ronde :
- Tu ne peux pas fuir éternellement, Ectalion ! Ta fin est proche !
Ce dernier mot raisonna dans toute la forêt, provoquant sous sa puissance l’envol des oiseaux. C’est alors que le géant se figea et renifla l’air matinal à la manière d’un animal, puis entonna d’un air satisfait : « Ah ! Ah ! Les cendres d’une maison qui s’enflamme ! Quel doux parfum que celui de ma victoire, je vais enfin pouvoir avoir ma revanche ! »
Il raccrocha d’un geste vif sa hache à son ceinturon et partit en courant dans la direction du village laissant Nevik seul avec le silence de la forêt.

Tout se passa très vite dans sa tête, tout se résuma en quelques mots simples qui étaient « Village en feu. » Sa plus grande crainte… le feu ! Il n’y avait plus le temps pour les questions, qu’importe l’histoire que cet homme venait de proférer, il devait venir en aide au village coûte que coûte ! Sa jeunesse ferait peut-être de lui un poids lourd mais qu’importe, il ne pouvait se résoudre à laisser disparaître les quelques amis qu’il possédait là-bas.
Il courut donc à travers la forêt, sautant par-dessus les haies et évitant soigneusement les nids de poules pour ne pas trébucher à nouveau. Sa course effrénée lui permit d’atteindre les alentours du village assez rapidement, mais arrivé là-bas le choc fut terrible…
L’odeur était un infâme mélange de bois et de chair brûlée… Jamais de sa vie Nevik ne sentit un tel effroi l’envahir. Trop choqué pour avancer plus, il détourna son regard entre deux bâtisses fumantes et découvrit une vision pour le moins insolite : malgré la poussière, les flammes et la fumée, on pouvait encore discerner la place centrale du village, épargnée de la catastrophe. Au milieu de toute cette désolation, le grand Griffon de bronze restait impassible et fier, porteur d’une gloire depuis longtemps disparu.
Les yeux de Nevik le piquaient horriblement, il n’avait plus envie de sentir l’épouvantable relent de mort calcinée qui emplissait l’air, plus envie d’entendre les crépitements des flammes et les exhortations de douleur des survivants mutilés, plus envie de sentir ce sentiment d’immense impuissance mêlée d’ignorance et de peur… Sa seule envie était de rentrer dans sa petite chaumière tranquille où son père l’attendait sûrement auprès d’un bon feu, et surtout d’oublier cet affreux souvenir. Mais hélas, ce n’était que le début !

Non loin du jeune garçon un arbre s’écroula mollement, défonçant la toiture d’une habitation dans une gerbe de flammes. Au pied de l’arbre était posée l’immense botte de l’homme que Nevik avait croisé dans la forêt. Toujours aussi massif et assuré, il planta sa hache dans le tronc fraîchement écroulé et hurla d’une voix retentissante : « ECTALION ! . »
Son cri résonna comme un cor de montagne et un silence de plomb s’empara du village enflammé. Récupérant sa hache, il s’avança d’un pas assuré dans la rue principale. L'atmosphère était devenue morbide, plus un bruit… juste le crépitement des flammes. Il arriva jusqu'à la grande place, non loin du griffon de bronze qui faisait la fierté de tous, et c’est alors qu’une bourrasque titanesque bouscula le village. Le barbare resta d’aplomb tandis qu’une quantité anormale de fumée noirâtre venait de chaque rue pour s’entasser devant ses yeux. Le sombre nuage surplombait le barbare de toute sa taille tel un serpent de vapeur, puis il rétrécit finalement jusqu'à atteindre la forme d’un être humain.
- Te voilà enfin, entonna l’homme à la hache.
Un ricanement inhumain emplit le silence mortuaire du village. Un rire étrange et mystique, lointain et pourtant si proche, couvrant le bruit des flammes… Un rire impossible à localiser.
- J’aime faire attendre mes victimes, la viande est tellement plus … hum ! Délicieuse, quand on attend, surtout la tienne, Karnac !
Une fois de plus la voix s’éleva de partout à la fois mais cela ne sembla pas contrarier le dénommé Karnac, qui répondit par un sourire ironique, tout en s’avançant lentement vers la forme mi-solide mi-gazeuse.
- J’ai attendu longtemps avant ce moment, et j’ose espérer que cette fois tu ne fuiras pas comme dans les grottes. Enfin te voilà à ma merci !
Prit de panique, Nevik brava son dégoût pour l’horreur du village et couru en sa direction. Il s’arrêta dans une rue dégager et aperçu un abreuvoir renversé. Immédiatement le mot « cachette » lui vint à l’esprit et il courut s’y réfugier à l’abri des épaisses planche de bois. Par chance le fait de renverser l’abreuvoir avait crée une brèche dans le fond, et grâce à elle Nevik eu un plan parfait pour voir la place dans sa totalité, il y aperçut le fantôme sombre et gris argenté qui y été placé, ce doutant que cet être ne puisse être autre que le dénommé Ectalion.

L’étrange forme vaporeuse eue alors comme un spasme, mais loin des cris de douleur, le son d’un rire s’éleva sur la place. Peu à peu le nuage sombre se transforma, ce solidifia jusqu'à former une apparence humanoïde portée par deux jambes arquées posées au sol. Les pieds de la bête étaient des serres aux griffes de plusieurs centimètre de long, sûrement assez ample pour attraper un homme ou broyer un être plus petit. La créature était immense et fine, elle mesurait probablement trois mètres aux yeux de Nevik, mais pour un homme bâti comme Karnak, c’était tout au plus un hominidé plus grand que la moyenne. Pourtant Ectalion était très loin d’être un homme, Nevik s’en aperçu bien assez tôt lorsque le monstre déploya les larges ailes qui couvraient son corps comme un manteau de chair. Dévoilant ainsi son torse plat et sans forme à la teinte grise et argent, son visage dément aux yeux injectés de sang et au large sourire fendant de par en par sa figure, empli de dent taillée en pointe.
- Cela fait longtemps que nous ne nous sommes pas rencontré n’est-il pas ? Fit Ectalion en étirant chacun de ses muscles.
- Oui et pourtant le souvenir notre dernière rencontre reste encré dans mon esprit. Déclara solennellement Karnac comme s’il parlait à son égal.
- Dans ta chair également !
Karnac posa machinalement la main sur son torse, traçant avec son doigt le trajet invisible qu’avait suivi la griffe d’Ectalion quelque mois auparavant.
- Tu avais un avantage certain. Déclara t-il en serrant les dents. Il faisait nuit noire dans cette grotte, et tu m’avais pris par surprise comme le traître que tu es ! Mais sache qu’aujourd’hui fini ton petit manége, je vais enfin rajouter un démon des brumes à mon tableau de chasse.
- Ne vend pas la peau du démon avant de l’avoir tuer, je suis aussi insaisissable que de la fumée.
- Et aussi fuyant que de l’eau entre les mains ! Si tu arrêté de fuir sans cesse, cela serait déjà réglé et bien plus simple ! Ajouta l’homme à la hache avec hargne.
- Ne te valorise pas tant, humain ! Répondit le démon avec un dégoût certain pour cette espèce qu’est l’homme. Je ne fuis pas ta personne, tu n’es qu’une branche d’arbre en travers de ma route, j’ai à faire dans la région, quelque chose de bien plus important que de te tuer. Pourquoi ne continu tu pas ta stupide quête avec quelqu’un d’autre ?
- Parce que tu es le seul démon des brumes à ma connaissance, et que je me suis promis d’abattre au moins un être de chaque race de démon. Et quel genre d’affaire pourrait t’amener dans un lieu si reculé de ta terre natale, ne suis-je pas une épine dans le pied de tes supérieurs ? Ne suis-je pas assez important pour vous pour que tu daigne m’affronter ?
- Tu n’es pas concerner par ma mission voit-tu ! Toi aucune prophétie ne te prédit un avenir radieux, aucune prophétie de t’a nommé sauveur du monde, aucune prophétie n’a fait de toi un héros avant même ta naissance ! Et c’est de ce genre de prophétie que mes maîtres préfèrent éviter.
- Et bien ils risquent d’être déçu, peu m’importe les prophéties stupides qu’ils craignent, je compte bien te tuer, ici et maintenant !
- Ha ! Ha ! Ha ! Son rire était glacial et sans humour. Vous les humains êtes tellement sûr de vous, c’est navrant. Néanmoins, venant de quelqu’un qui a déjà vaincu un tiers des pires monstres de notre monde, je prends en compte la menace que tu représente.
- Tu prendras bientôt en compte ma hache ! Et tu devrais t’en inquiéter !
- Nous verrons bien. Répondit-il en souriant. Mais tu apprendras vite que nous les démons sommes nettement supérieur aux humains de ton genre, et que nous possédons des pouvoir et des connaissances dont tu n’as pas idée !
- La seule idée qui me trotte dans la tête, c’est de voir la tienne roulé au sol ! Rugit Karnac serrant fermement sa hache entre ses doigts se plaçant en position de combat !



La suite a la page 2 !


Dernière édition par le Jeu 31 Mai 2007 - 18:06, édité 1 fois
avatar
Elfe des champs

Masculin Nombre de messages : 2106
Age : 30
Date d'inscription : 28/04/2007
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon Roman: Les Chronique d'Auraglarad (extrait)

Message  Elfe des champs le Jeu 31 Mai 2007 - 18:06

Voici la suite du post précédent !

Ectalion joignit alors doucement ses mains griffues, puis avec une extrême lenteur il les rouvrit en soutenant intensément le regard du barbare. Au fur et à mesure que ses mains s’écarté, de légère veloute de fumer âcre et noire vinrent s’engouffrer dans le foyer crée par les deux appendices du démon. Karnac resta impassible à fixer son adversaire, cherchant la faille dans son regard, le moment où il serait plus rapide, plus menaçant et plus efficace mais pour seule réponse le démon lui fit un large sourire au ambition victorieuse. Ce faisant, il ouvrit ses puissantes ailes et un nouveau souffle déchira le village.
La scène parut durée une éternité pour Nevik, impuissant spectateur de l’inévitable bataille à venir. « Au moins je suis à l’abri dans cet abreuvoir » pensât-il en pressant un peu plus son œil contre la fissure du bois.

Le vent continua de bousculer de village de toute sa puissance. Parmi tous les monceaux de bois fracassés et de poussière éparpillée se trouvait Karnac, figé comme un roc parmi la tempête, sa crinière brune ébouriffée par le souffle continuel, sa hache fermement tenue entre ses mains, prête à agir.
- Tu crois peut-être que ta petite brise peut m’atteindre, moi, le géant des plaines ? Hurla t-il.
- A vrai dire … j’en doute. Répondit le démon avec un petit rire amusé.
C’est alors que Karnak réalisa que l’objectif du vent était juste de permettre à un maximum de fumée d’entrer entre les doigts d’Ectalion afin d’accroître la dimension de la sphère… Doucement, elle devint compacte et lisse comme de l’eau.
Soudain, le vent s’arrêta de souffler. Ectalion lança d’un air moqueur :
- Sais-tu ce que je tiens entre les mains ?
- Je m’en contre fiche ! Viens goûter de ma lame ! Allez ! Montre tous ce que tu as !
- Si tu y tiens tant, voici un avant goût !
D’un geste imprévisible le démon poussa la boule d’énergie sombre avec le bras droit, de toute sa puissance et son désir de mort, il visa le lieu où se trouvait Karnac. Mais heureusement pour lui, Karnac avait prévu le coup et s’était éjecté sur le coté dans un saut d’une grande souplesse pour un homme si robuste. La sphère alla s’écraser sur une maison en ruine et la fit exploser sous le choc. La déflagration fut telle que des morceaux de bois volèrent en tous sens. Un d’eux alla se planter dans l’abreuvoir où se cachait Nevik et manqua de peu de lui crever un œil.

Karnak se couvrit le visage le temps que la fumée se dissipe mais quant il les rouvrit, Ectalion avait disparu de son champ de vision. Un ricanement venu des cieux lui fit vite comprendre que le démon avait pris son envol et appréciait le spectacle que lui offrait son ennemi en le cherchant partout. Puis, l’être ailé entama un piqué vertigineusement rapide contre Karnac, les griffes en avant. Le réflexe du Barbare fut surprenant : En moins d’une seconde il fendit l’air de sa grande hache pour arrêter Ectalion au vol, mais lorsque sa hache toucha le corps du démon, elle passa à travers sans rencontrer aucune matière…
- Cela ne se peut !
Le ricanement du démon des brumes emplissait l’air autant que l’odeur âcre de mort. Il tournait joyeusement autour de la place du village, soulevé par ses larges ailes sombres et titanesques.
- Ah ! Ah ! Ah ! Dans un environnement comme celui-ci tu n’as aucune chance !
- Tu es pire qu’un piaf ! Toujours à jacasser des paroles sans aucun sens et à voler loin de mes coups ! Viens donc te battre et on verra qui n’a aucune chance ! Rugit l’homme à la hache, énervé d’être traité ainsi.
Ses paroles firent mouche, et le démon pris de colère vint ce poser sur la statue du griffon au centre de la place. Il posa délicatement sa main griffue sur le haut de la tête de la bête et entonna quelques phrases dans un dialecte inconnu à Nevik. Dés qu’il eu finit, l’énorme statue se mis à bouger, étirant ses pattes et ses immenses ailes.

Le griffon était une créature mystique, Nevik avait toujours cru que ce n’était qu’une légende à vrai dire. Mais à la vue de la statue se mouvant avec grâce, on ne pouvait que comprendre que l’œuvre avait été inspirée de la nature et non de l’imaginaire…
C’était une créature insolite. En effet, le griffon était un croisement entre un aigle géant et un jaguar. De l’aigle, il garda la tête et les pattes avant, ainsi que d’immense aile lui permettant de voler. Du jaguar le corps et les pattes arrière. Quant à savoir si la taille du monstre mythique était identique à la réalité, Nevik n’en savait rien mais ce dont il était sûr, c’est que l’homme à la hache n’avait aucune chance face à un monstre si redoutable et doté d’une peau … en bronze !

Ectalion fila s’asseoir sur un toit afin d’apprécier le spectacle tandis que Karnac découvrait son nouvel adversaire, le regard désemparé. Le monstre avançait vers lui dans un affreux bruit métallique. Son air menaçant était aussi effrayant que celui d’une créature dotée de vie et il n’avait aucune idée de la manière de combattre un tel monstre. Mais jamais il ne se décourageait, car sa longue vie de traque lui avait appris que « chaque monstre a sa faille, il suffit de la trouver. »
Troublé, il ne savait pas par quel bout commencé. Le monstre enchaîné les coups de griffe avec une vivacité déconcertante et ses serres broyaient toute matière qu’elles rencontraient. Le monstre attaquait sans relâche et Karnac ne pouvait que fuir devant un tel opposant. Mais soudain le griffon planta l’une de ses pattes dans une bûche gigantesque, placée devant l’atelier de l’artisan menuisier du village. Il n’en fallut pas plus à Karnac pour envoyer sa hache fendre son cou !
Un rire s’éleva alors dans le ciel. Le gloussement d’Ectalion qui était toujours assit tranquillement sur son toit. Son euphorie avait été provoquée par l’énorme bruit de gong et par la hache du barbare figé dans le corps de la statue.
Karnac étouffa un juron et évita un coup de bec en roulant sur lui-même, sans sa hache à ses cotés malheureusement. Son esprit fonctionnait à cent à l’heure : il fallait une solution et elle se présenta sous la forme d’un tisonnier, placée dans les flammes de la cheminée de la forge. Le barbare couru jusqu'à lui et l’arracha des flammes. Tous se passa ensuite en un éclair. Le griffon plongea sur Karnac qui lui sauta par-dessus et s’accrocha à l’arrière de son crâne, puis utilisant toute sa robustesse, il planta le pic rougeoyant et ardent en travers de la tête du monstre. La bête poussa un cri muet et se cambra tandis que Karnak saisi sa hache, la fit tourner autour de lui pour lui apporté puissance et élan, et trancha la tête de la statue du village dans cet ultime effort.
Un silence froid enveloppa tout le village tandis que la statue s’écroulait sur le sol. Karnak retrouva peu à peu son souffle tout en fixant Ectalion, son rival.
- Au suivant ! Entonna jovialement Karnac tandis qu’il s’épongeait le front.
Pour seule réponse Karnak eu droit à un hurlement de rage. Les yeux du démon des brumes flamboyaient de colère. Comment un être humain pouvait lui tenir tête ? Comment pouvait-il encore vivre après avoir combattu un griffon en bronze ? « Décidément, on n’est jamais mieux servi que par soi-même. » Pensa t’il.

Karnac avançait d’un pas assuré vers Ectalion qui bondit vers lui. Il plana à une vitesse fulgurante vers le seul être humain capable de lui tenir tête, mais le barbare s’attendait à cette réaction. Lorsqu’une des mains du démon tenta de l’attraper, il la saisit et se servit de la vitesse du monstre pour l’écraser au sol avec fracas. Il plaqua alors son avant bras sous la gorge du démon et susurra à son oreille « Qu’il est amer le goût de la défaite, sens-tu ce liquide glacé qui coule le long de ton échine ? C’est la peur de la mort qui t’envahi ! »
Ectalion pouffa sombrement. Pris d’une rage folle, Karnac ajouta « je vais te couper l’envie de rire en même temps que la tête. »
Et il élança sa hache vers le cou du démon qui s’évapora dans une gerbe de fumée. Le temps de comprendre ce qu’il se passait, le démon lui avait déjà envoyé deux coups de pied dans le ventre et c’était envolé sur une bâtisse encore en flamme.
- Cesseras-tu un jour de me fuir ? Tu n’as donc aucun honneur ?
- Un esprit intelligent, ne se laisse pas tuer par un barbare puant ! Répliqua Ectalion en s’évaporant à nouveau.
Karnac resta sur ses gardes et cela lui sauva la vie : au son d’un bruissement de feuille écrasée dans son dos, il fit un pas de coté et évita une poutre lancée par son adversaire. Puis Ectalion enchaîna les projectiles en tout genre. Morceaux de bois, cadavres calcinés, rochers et meubles démolis traversaient la place centrale où Karnac tenait bon. Soudain, une gigantesque pierre apparue dans son champ de vision. N’ayant pas le temps de fuir, il leva sa puissante hache et l’abattit sur le rocher qui se coupa en deux parties symétriques. L’une s’envola et fracassa un mur, l’autre frappa le bras gauche de Karnac dans un sinistre craquement d’os…
Une douleur éclatante envahit son bras et le barbare s’écroula au sol. Il voulut porter la main à son épaule déboîtée mais Ectalion fonça sur lui et le frappa au visage si fort que Karnac s’envola et traversa le mur d’une grange. Il atterrit sur le un cheval carbonisé qui amorti sa chute. Il ne lui fallut que quelques secondes pour retrouver ses esprits et apercevoir la clef de sa victoire accrochée au mur…




Ouuuuuuuhhh que je suis mauvais !!!
Je compte bien vous faire attendre un peu avant de savoir la fin, héhéhéhéhéhééhéhhéhéhéhé...(<<respire) ... hhéhéhéhéhéhéhéhhéhéhéhéhéhé


bon ok, je l'a mettrais demain ^^

Bonne lecture, a tchou !!
:cheers:


PS: Sorry pour le double post, mais ça logé pas dans un seul ! :roll:
avatar
Elfe des champs

Masculin Nombre de messages : 2106
Age : 30
Date d'inscription : 28/04/2007
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon Roman: Les Chronique d'Auraglarad (extrait)

Message  Omega le Jeu 31 Mai 2007 - 18:46

Omg le post le plus long de elf xD

Bah sa je lirais sa plus tard :oops:
avatar
Omega

Masculin Nombre de messages : 2629
Age : 24
Date d'inscription : 03/04/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon Roman: Les Chronique d'Auraglarad (extrait)

Message  FireFox le Ven 1 Juin 2007 - 21:22

J'ai pas encore tout lu, mais c'est vraiment génial ! :D
Dommage qu'on y trouve pas mal de fautes d'orthographes...
En tout cas continues, j'adore :)

_____________________
avatar
FireFox
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 3655
Age : 24
Date d'inscription : 22/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon Roman: Les Chronique d'Auraglarad (extrait)

Message  Elfe des champs le Sam 2 Juin 2007 - 3:44

Les fautes c'est en options !!!

Mais je peux pas avoir l'oeil partout et sans le soin d'un correcteur, ça risque de rester comme ça encore un chti moment !

Mais c'est acceptable pas vrai !! :cheers:
avatar
Elfe des champs

Masculin Nombre de messages : 2106
Age : 30
Date d'inscription : 28/04/2007
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon Roman: Les Chronique d'Auraglarad (extrait)

Message  solidsilversoldier le Sam 2 Juin 2007 - 9:33

désolé mais je nai pas eu le temps de lire ton dernier texte mais ne tinkiete pas ! dés que j'ai un moment je le deguste !!!XD
avatar
solidsilversoldier
Retraité

Masculin Nombre de messages : 3522
Age : 25
Date d'inscription : 07/03/2007
Localisation : Royaume Skate-land !

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon Roman: Les Chronique d'Auraglarad (extrait)

Message  FireFox le Sam 2 Juin 2007 - 9:45

Elfe des champs ---> T'es trop "absorbé" par ton histoire que t'en oublie les fautes :D

_____________________
avatar
FireFox
Administrateur

Masculin Nombre de messages : 3655
Age : 24
Date d'inscription : 22/10/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon Roman: Les Chronique d'Auraglarad (extrait)

Message  Elfe des champs le Sam 2 Juin 2007 - 14:20

ça doit être ça !!

👅
avatar
Elfe des champs

Masculin Nombre de messages : 2106
Age : 30
Date d'inscription : 28/04/2007
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon Roman: Les Chronique d'Auraglarad (extrait)

Message  gohan40500 le Jeu 7 Juin 2007 - 22:52

:affraid: alors la chapeau Elfedeschamps j'ai pris du plaisir a lire ce texte et tu ne m'a pas décu !!! ⭐ :cheers: bravo a toi pourquoi ne le ferait tu pas editer chez un editeur !!!
avatar
gohan40500

Masculin Nombre de messages : 113
Age : 24
Date d'inscription : 26/05/2007
Localisation : Devant l'ordinateur chez moi

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon Roman: Les Chronique d'Auraglarad (extrait)

Message  cgdb le Ven 8 Juin 2007 - 19:07

à mon avis, c'est déjà dur de trouver un éditeur près à éditer un jeune auteur qui n'a jamais publié de texte avant... à moins que je me trompe...

_____________________
Revenons au principe de base d'une signature :
Signé cgdb
avatar
cgdb
Retraité

Masculin Nombre de messages : 3933
Age : 25
Date d'inscription : 03/05/2007
Localisation : l'eau qu'a Lise à Sion (elle est drôle, hein ?)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon Roman: Les Chronique d'Auraglarad (extrait)

Message  Elfe des champs le Ven 8 Juin 2007 - 21:03

C'est facile mais rarement rentable..

Prendre contact avec un editeur est tout con, faire lire son livre et le faire aimé l'est aussi, mais qu'il devienne assez vendu pour que tu puisse en tirer profit ... impossible !

Mon bouquin se fondrait dans la masse de tous ce qui sort et n'éxisterait que quelque seconde, je préfére le faire lire a mes amis et ma famille !
Je suis content qu'il vous plaise d'ailleurs, j'ai cru que personne ne le lirait avant un an et demi, loool

Vous voulez la suite et fin du combat ?
avatar
Elfe des champs

Masculin Nombre de messages : 2106
Age : 30
Date d'inscription : 28/04/2007
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mon Roman: Les Chronique d'Auraglarad (extrait)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum