Les derniers Fauxiens:sous chapitre 3[Obi, Léos & Mhd]

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les derniers Fauxiens:sous chapitre 3[Obi, Léos & Mhd]

Message  mhdlcm le Ven 7 Aoû 2009 - 18:57

Rappel du premier message :

L'histoire de Païvolland.



Il y à bien longtemps, une terre vierge fut découverte par une civilisation perdue. Peu nombreux étaient ces hommes, qui venaient de par dela le grand océan, afin de trouver une terre à peupler. Mais leur courage, leur intelligence, et leur détérmination leur permit de créer une nouvelle civilisation. Une civilisation appellée à maitriser cette vaste terre: Païvolland. Une terre rîche, pleine de verdure, ou la construction de cîtés fut facile. Les hommes étaient menés par Firre Fauxe, un homme qui avait une singularité toute particluière: il était mi-homme, mi-renard. Ainsi, en plus de jouir d'une intelligence supérieure à la moyenne, il était malin, perspicace, et savait toujours quoi faire et à quel moment. C'étaient ces qualités qui avaient vallu à Firre Fauxe le trône. La civilisation Païvollandaise grandit, affermit ses frontières, et devint une nation propspère et puissante. Les générations se succédèrent. Mais en l'an mille-cinquante-huit de l'ère Fauxienne, la nation fondée par Firre Fauxe premier connu un trouble différent aux autres. Il venait... de l'intérieur. Les Boolheys, reclus de la sociétés, tentèrent d'empoisonner le pouvoir et de conduire le royaume au chaos. Firre Fauxe le 107ème, qui régnait alors, déclara que les Boolheys seraient cette fois bannis, ainsi que leurs descendants, de Païvolland pour l'étérnité. Ces derniers, fous de râge, lançèrent un assaut dans les terre de Floudd, un comté adjacent à Païvolland: des terres magnifiques, colorées, boisées. Ils pillèrent, et tuèrent les habitants de cette paisible contrée. Mais là, l'ordre de Fauxe, un ordre crée par Firre Fauxe le 78ème, une armée dévouée corps et âme à la dynastie Fauxienne, intervint. Ce fut la bataille la plus sanglante de l'histoire de Païvolland. Les Boolheys, totalement désorganisés, n'en comptait pas moins plusieurs milliers d'homme, plus de trente milles, selon les archives. Les Fauxiens, eux, n'étaient que cinq milles. Cinq milles hommes qui, par leur propre courage et par leurs armes, sauvèrent le royaume des Boolhey en les bannissant encore plus loin que le comté de Floudd, dans les désert de Poobayle. Mais à quel prix... les terres de Floudd furent dévastées, devenant une vaste péninsule arides. Les terres de Floudd furent donc détachée de Païvolland, et furent interdites d'accès par Firre Fauxe le 108ème, récement monté sur le trône. Plus de cinq ans on passés depuis. Mais la plus grande menace était encore à venir...





Sous chapitre un: Réunion au sommet.


Au château de Staphe, le roi Firre Fauxe le 108ème était en plein conseil avec les seigneurs de l'ordre Fauxien et Pluie Tonnem, le général de l'armée Fauxienne. Tous assis autour de la grande table heptagonale, ils discutaient des évènements majeurs qui s'étaient ou se produisaient dans le royaume depuis quelques temps. Notamment de nombreuses...

-... attaques de Boolhey? Mais mon roi, c'est impossible! S'écria Payvote, l'un des seigneurs de l'ordre Fauxien.

- Les Boolheys n'ont-ils pas été bannis dans les landes désértiques de Poobayle? Renchêrit Quat' Ahna, un autre seigneur, en portant sa main à son menton.

- Comment auraient-ils pû survivre, Messire? Ajouta Stiquau, un autre noble. Ce pays est totalement stérile! Aucune vie, aucune source de nourriture, d'eau... c'est inconçevable!

- Pourtant, assura Firre Fauxe le 108ème d'une voix calme, ce n'est là que la stricte vérité messieurs. Conseiller?

Sortant de l'ombre d'une colonne de la salle du conseil, le conseiller du roi, Scey Jédébay, s'approcha lentement de la table qu'il effleura du bout du doigt, avant de s'y appuyer. Il s'éclairçit la gorge, puis commença d'une voix claire:

- Messeigneurs, commença-t-il, de nombreux villages en bordure des terres de Floudd on été décimé et pillés par de mystérieux assaillants. Tout implique les Boolheys: mode opératoire, armes utilisées, butin enmenné... une attaque totalement désorganisée, mais qui à portée ses fruits.

Auquamie, un des guerriers présent, se leva violement de sa table. Il claqua son poing contre celle-ci, avant de rugir:

- les terres de Floudd, dîtes vous?! Après avoir tués nos frères et détruit nos terres, après avoir été bannis de notre royaume, ces satanés éxilés reviennent? Reviennent dans cette terre qui s'est abreuvée de notre sang, juste avant de devenir aussi morte qu'un cailloux?

Un autre des nobles se leva, celui qui était voisin de Auquamie. C'était Ahi, un seigneur originaire des terres de Floudd, tout comme son compagnon. Il porta une main rassurante à son épaule, et lui dit doucement, d'une voix mélée de compassion et de compréhension:

- Je t'en prie, calme toi, Auquamie... si de tels dires sont fondés, nous les éliminerons... assieds toi, allez.

Doucement, mais fermement, il fit s'asseoir son ami, qui bouillonnait de rage et d'amertume. Originaires des terres de Floudd, Auquamie et Ahi étaient de ceux qui avaient vu leurs familles mortes sous leurs yeux, avant que leurs frères d'arme ne subissent le même sort. Scey Jédébay se retira lentement, regagnant sa place dérrière le roi, à l'ombre du pilier qui soutenait l'édifice.

- Si il en est ainsi, Décréta Pluie Tonnem, le général des armées Fauxiennes, en portant un regard avisé au roi, je me ferais un plaisir de mener notre armée à la rencontre des Boolheys. Nous les écraseront comme le forgeron écrase l'acier de son marteau!

- Le forgeron façonne le métal, mon ami, répliqua doucement le monarque, mais en aucun cas il n'est ici question d'une simple menace. Vous ne pourrez les écraser comme autrefois.

Firre Fauxe le 108ème marqua une pause. De nombreuses questions et inquiètudes se bousculaient dans sa tête, mais une seule conclusion semblait être claire: le royaume était menaçé.

-Si les Boolheys ont pu survivre dans les paysages apocalyptiques de Poobayle, poursuivit-il sur un ton ou l'angoisse perçait, qui sait ce qu'ils nous résèrvent?

- Ils ont surement tiré des leçons de leurs erreurs, répondit Payvote en baissant les yeux, l'air songeur. Mais je ne pense pas qu'il reste de taille face à nos troupes.

- Sans doute, seigneur Payvote, dit calmement Quat' Ahna. Nos soldats sont de fines lames doublés d'hommes d'éxpériences. Nos cavaliers, quant à eux, sont plus qu'aptes à chevaucher dans les rangs des Boolheys, et... il marqua un arrêt, et esquissa un sourire étrange, ses yeux brillants de malice, y tailler un chemin sanglant.

- Oui, mes inquiètudes sont sans doute infondées, sire Quat' Ahna, s'excusa rapidement Payvote. Mais le nombre des Boolheys est un facteur important. Si ils ont gardé cette manière de proliférer avec tant de vitesses, je crains un bain de sang tel que celui de la guerre du Floudd, finit-il finalement, un air triste se déssinant sur son visage.

Pluie Tonnem parcourut ses amis de ses yeux, comme cherchant leur soutien unanime. Puis, une fois cela fait, il déclara d'une voix forte:

- Nous aussi, nous avons fait des progrès! Nos techniques se sont affinées, nos armes ont été améliorées. Il se leva, et fit quelques pas autour de la table en regardant succéssivement ses compagnons et son roi. Nous connaissons la tactique de déférlante des Boohley, et nous ne nous laisserons pas avoir une deuxième fois, Votre Majesté.

- Le général dit vrai, Sire, poursuivit Auquamie avec une expression farouche. Nous contrerons les Boolheys dès que nous les rencontrerons.

- Nous sommes prêt à enmenner nos meilleurs hommes, mon roi, renchêrit Ahi. Ils n'auront aucune chance, nous vous l'assurons.

- Qui plus est, il me semble que les recherches avançent dans le domaine technologique, Sire, annonça sur un ton satisfait le seigneur Stiquau. D'ici peu, nous seront dôtés d'autres choses que des arcs et des flêches. Nos ingénieurs travaillent sur des concepts particulièrement approfondis.

- Je ne veux pas perdre des hommes tels que vous face à une menace encore incertaine, répliqua le monarque sur un ton qui n'attendait pas de réponse, tout en jetant des regards déséspérés à Pluie Tonnem.

- Votre Altesse, je pense parler au nom de tous en disant que nous ne faisont que notre devoir, répondit ce dernier en baissant la tête. Et si vous acceptez de nous accorder cette confiance, nous ménerons notre armée au devant des lignes de nos ennemis, Boolheys ou pas.

Firre Fauxe le 108ème regarda succéssivement ses meilleurs soldats. Payvote donna son assentiment d'un léger signe de la tête, et chacun en fit de même. Le souverain se leva de son siège d'êbene ornementé, et appuya ses mains sur la table. Il parcourut de son regard vif l'assemblée d'hommes de confiance qui le regardait avec insistance, attendant une certaine décision de sa part.Tous ces hommes avaient mérité des terres, des droits et des titres pour leur bravoure, leur loyauté et leur force. Et aujourd'hui, ces même hommes avaient entre leurs mains l'avenir de Païvolland tout entier. Il soupira, car il venait de prendre sa décision. Puis, il dit sur un ton mélé de résolution et d'angoisse.

- Très bien. Quand pouvez vous partir?

- Pas plus tard que demain, mon seigneur, répondit Pluie Tonnem avec contentement. Nos troupes sont prêtes à agir à tout moment.

- Très bien. Mes amis, vous pouvez disposer. Une rude tache vous attend... Dit le roi Firre Fauxe le 108ème en se rasseyant doucement dans son fauteuil.

Tous quittèrent la salle. Au moment ou il allait en faire de même, Pluie Tonnem s'arrêta sur un ordre du souverain. Il se retourna et s'approcha lentement de son roi, et se posta devant lui, visiblement en attente de ses paroles.

- Tache de me revenir vivant, Pluie Tonnem. Le royaume perdrait un être d'exception, si il te perdait, dit ce dernier avec un air las sur le visage. Tout comme si il perdait n'importe lequel d'entre vous six.

- Ne vous inquiétez pas, Sire. Je ferais mon devoir, et ce sans problême, répliqua le général avec une révérence.

Firre Fauxe le 108ème laissa le général sortir de la pièce, et partir, partir pour la guerre, et pour peut-être ne pas revenir. Il ne vit pas partir un soldat, un général, ni même un homme. Il vit partir son ami d'enfance.


Dernière édition par mhdlcm le Dim 30 Aoû 2009 - 12:52, édité 9 fois
avatar
mhdlcm

Masculin Nombre de messages : 1455
Age : 23
Date d'inscription : 19/07/2008
Localisation : En train d'éssayer de parler à PyVoT sur msn et de fiquer avec Obi' sur le thème de Warhammer.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas


Re: Les derniers Fauxiens:sous chapitre 3[Obi, Léos & Mhd]

Message  mhdlcm le Mer 26 Aoû 2009 - 22:38

Tu connais Ben&Nuts?
Si oui, la réponse est là xD
avatar
mhdlcm

Masculin Nombre de messages : 1455
Age : 23
Date d'inscription : 19/07/2008
Localisation : En train d'éssayer de parler à PyVoT sur msn et de fiquer avec Obi' sur le thème de Warhammer.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les derniers Fauxiens:sous chapitre 3[Obi, Léos & Mhd]

Message  Temperature le Mer 26 Aoû 2009 - 22:55

Non je vois pas ce que c'est...
Quelqu'un peut m'le dire ?
avatar
Temperature

Masculin Nombre de messages : 397
Age : 20
Date d'inscription : 06/02/2009
Localisation : Si tu me trouve, tu m'a trouver. hein O!o ?Logique de boeux ! Rang: Inter'

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les derniers Fauxiens:sous chapitre 3[Obi, Léos & Mhd]

Message  AC!D le Jeu 27 Aoû 2009 - 9:45

Des... Cacahouettes
Souligné par le correcteur ? Merde...

Cacaouètes
Toujours pas ça...

Cacahouètes
Voila, c'est ça...

_____________________

avatar
AC!D
Retraité

Masculin Nombre de messages : 3718
Age : 22
Date d'inscription : 05/02/2009
Localisation : Touine Piks

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les derniers Fauxiens:sous chapitre 3[Obi, Léos & Mhd]

Message  mhdlcm le Jeu 27 Aoû 2009 - 15:07

Voici une autre légende Made in moi! Vous aurez la part d'Obi' sous peu =)
Légendes Païvollandaises: L'avénement d'Omey Gat.

Les Zick Tûss... un nom qui, par sa simple prononçiation, glaçe d'effroi les païvollandais avertis. Car autrefois, ces cauchemars ambulants, ces créatures irréelles et macabres, furent une menace bien plus grande qu'aujourd'hui. Désormais, ce nom ne signifie plus qu'une terreur passée, un trouble qui fut passager mais néanmoins redoutable. Si redoutable que son extermination nécéssita l'intervention de magie, et de stratégies militaires juqu'à lors inconnues. Firre Fauxe le 75ème mena lui même ce que l'on nomma et nomme toujours "la purge exorciste", à la tête d'une armée forte de plus de trente milles soldats et mages.

Mais commençons par le commencement. Il y à bien longtemps, du temps de Firre Fauxe le 75ème du nom, un sorcier puissant trônait à la cours. Son nom était Omey Gat, un maudo, un sorcier capable de manipuler la magie arcane sous sa forme la plus funeste: celle qui transcende la mort, qui se rie de toutes lois célèstes. Le pouvoir de ramener les morts... à la vie. Omey Gat était le favori de Firre Fauxe le 75ème, du fait de ses conseils avisés, de son intelligence et de sa capacité à déjouer les forces invisibles. Mais qui, qui donc, aurait pu penser que le mal... viendrait du plus proche ami de Firre Fauxe? Car oui, en cachette, Omey Gat complotait. Il complotait contre Firre Fauxe le 75ème du nom, contre païvolland, contre l'essence même... de la vie. Son but ne fut jamais réellement découvert, mais les écrits les plus anciens sont tous clairs sur un point: la vie le répugnait. Il voulait la renier, l'éliminer, la faire disparaitre. Une conclusion simple mais pratiquement sûre est à tirer des parchemins poussièreux de la bibliothèque de Staphe... Omey Gat désirais une chose: éliminer toute vie des terres de Waibe. Il s'adonnait régulièrement à sa magie sur de pauvres innocents, enlevés par des mercenaires qu'il engagait en toute discrétion. Il les tuait, détruisait leurs âmes, et en faisait ces créatures putréfiées et nécromantiques que nous connaissont. Il créa les Zick Tûss.

Ses éxpériences battaient leurs pleins quand Omey Gat fut trahi par son assistant, dont le nom nous est inconnu. Le complot fut éventé. Le laboratoire détruit. Avant de subir le châtiment qui s'imposait, Omey Gat s'en alla, il fuya vers les montagnes de Dü Hell, réputées hantées et dangereuses. Là, il passa un pacte avec un mal indicible éliminé par Firre Fauxe premier. Il passa un pacte avec l'esprit de Azh Yiot, bienheureux de pouvoir accomplir sa vengeance sur les Fauxe par le biais d'une âme mortelle. Ce dernier lui offrit son pouvoir, sa puissance, sa quasi immortalité, et transforma Omey Gat en une créature qui n'eut plus rien d'humain. Enhardi par sa nouvelle puissance, Omey Gat leva une armée de Zick Tûss, tirés de leurs sommeils de mort, tirés du plus profond de la terre et du plus profond des âges. Certains Zick Tûss furent plus puissants que leurs congénères, et devinrent les généraux de leur maître.

Ainsi, une terrible légion de morts-vivants marchèrent sur le comté de Poubayle, encore florissant à l'époque, et le détruisirent. La magie noire dévasta les verdoyantes contrées, bannissant vie et survie de ces terres. Les habitants furent massacrés, les villes et villages rasés, des énérgies immondes maudirent la région, imprégnant l'air de maléfice, et insufflant en toute chose la graine du mal. Pendant ce temps, au château de Staphe, Firre Fauxe le 75ème avait été très touché par la trahison de son ami et confident, aussi décida-t-il de partir à sa rencontre et de l'affronter. Il ignorait alors que sa troupe irait au massacre... Arrivés aux terres dévastées de Poubayle, les païvollandais enragés par les crimes atroces commis en ces lieux se jetèrent sur les morts vivants, sûrs de leur victoire. Mais chaque mort engendrait un vivant. Et chaque vivant tué engendrait un mort. Bientot, les soldats massacrés vienrent grossir les rangs des légions de Omey Gat. La bataille fut une boucherie sans nom. Firre Fauxe le 75ème parvint à retourner au château de Staphe, et se mit à prier, prier sans cesse. Il priait l'unité célèste, ses ancêtres, les esprits d'anciens guerriers, d'anciens mages, qui avaient quitté leur existence physique pour s'en aller parmi les dieux. Ses prières réstèrent sans réponses, jusqu'a ce que l'aide la plus demandée lui soit accordée: l'illustre Firre Fauxe premier lui apparut, et lui donna la solution à son problême, d'une façon immédiate.

Quelques jours plus tard, la bataille décisive fut disputée prêt des frontières des terres de Floudd. Le roi ordonna que l'on mette en terre des totems étranges, fabriqués durant les jours précédents à l'aide des enchantements des mages du roi et des conseils de Firre Fauxe premier.
Les totems furent donc entérrés à moitié, le haut restant visible, et commençèrent à emplir la terre de leurs énérgies mystiques. Quelque chose changea dans le comportements des hordes macabres. Les morts vivants semblèrent hésiter, puis finirent par avançer en titubant vers les rangs païvollandais. Ceux-ci chargèrent, et la magie des totems sembla montrer sa puissance. Les morts réstèrent morts. Et les vivants furent renforçés, enhardis. Chaque homme avait le courage d'un grand guerrier, chaque âme était protégée de la magie noire et de la peur. Omey Gat finit par fuire, retournant dans les montagnes, ou l'on ne l'y trouva jamais. Firre Fauxe le 75ème ordonna l'éradication des Zick Tûss restants, mais ces créatures répugnantes rôdent encore dans les terres de Waibe...

Quant à Omey Gat, on ne sait pas ce qu'il est advenu de lui. Les légendes disent qu'un jour, il reviendra, et que ses hordes déférleront sans fin, avides de massacre.
avatar
mhdlcm

Masculin Nombre de messages : 1455
Age : 23
Date d'inscription : 19/07/2008
Localisation : En train d'éssayer de parler à PyVoT sur msn et de fiquer avec Obi' sur le thème de Warhammer.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les derniers Fauxiens:sous chapitre 3[Obi, Léos & Mhd]

Message  Temperature le Jeu 27 Aoû 2009 - 19:44

Toujours aussi excellent a ce que je vois...
Mais j'ai une question...
J'ai vu certains post de Oméga sur d'ancien topic... et il était modo comme tu le dit...
Il a vraiment fait des conneries ?
avatar
Temperature

Masculin Nombre de messages : 397
Age : 20
Date d'inscription : 06/02/2009
Localisation : Si tu me trouve, tu m'a trouver. hein O!o ?Logique de boeux ! Rang: Inter'

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les derniers Fauxiens:sous chapitre 3[Obi, Léos & Mhd]

Message  mhdlcm le Jeu 27 Aoû 2009 - 19:54

J'en sais rien.
Tu sais, sur ce coup, c'était un pur hasard!
Je ne crois pas qu'il en ait fait, à vrai dire ^^
avatar
mhdlcm

Masculin Nombre de messages : 1455
Age : 23
Date d'inscription : 19/07/2008
Localisation : En train d'éssayer de parler à PyVoT sur msn et de fiquer avec Obi' sur le thème de Warhammer.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les derniers Fauxiens:sous chapitre 3[Obi, Léos & Mhd]

Message  Obisam37 le Sam 29 Aoû 2009 - 23:53

Chapitre 2 : Les survivants

Sous chapitre 3 : Une interminable route



Revenons en à nos compagnons. Ils sont actuellement 7 : il y a Hémach, Léhaut, Rémaut, Payvote, Stiquau, Pie et Nutte.
Tous ces futurs macchabées sont donc au beau milieu d'un champ de bataille fini et dévasté par des bonshommes illettrés. Et ils se dirigent vers le château de Staphe pour faire leur rapport à Firre Fauxe le 108ème et rejoindre leur lit douillet.



Hémach : En avant mes amis !

Nutte : C'est loin.

Léhaut : J'ai faim.

Rémaut : J'ai soif.

Payvote : J'ai... Mal...


Bref, le voyage était long et périlleux. Et tous n'étaient pas plein d'entrain... D'ailleurs il n'y avait qu'Hémach, le jeune soldat, qui était motivé.
Leur marche dura plusieurs heures où ils traversèrent le désert de Poobayle. Une fois la nuit tombée, ils montèrent un campement sommaire composé de.... Sable. Et tout le monde sait que dans le désert, la nuit, la température baisse brutalement.



Léhaut : Aller Rémaut ! Fais pas ton radin !
Stiquau : Passe !
Rémaut : Non non et non ! Je ne me dépècerais pas moi-même pour que vous vous réchauffiez avec ma peau !
Stiqau : Maiheu... dit-il en s'éloignant dans le but de bouder dans un coin inexistant

Hemach : Bon, écoutez tous ! Nous approchons des montagnes de Dü Hell. Il faut se reposer car nous avons encore une longue route demain !


Et ce sont sur ces belles paroles que nos compagnons s'endormirent.


Et le lendemain...



Nutte : Debout ! Debout ! Petit déjeuner !!

Léhaut : Steuplait Stiquau, lève toi et dis lui de la fermer...

Stiquau : Je peux pas.

Léhaut : Ah ? Et pourquoi ça ?

Stiquau : Parce qu'ils sont tous debout sauf nous deux...

Hémach : Aller debout les deux ours !

Stiquau : J'vais te la faire bouffer mon épée moi...

Hémach : Quoi ?

Stiquau : Euh... Je vais manger de la pâte à tartiner moi.

Nutte : Viens ! Je t'en ai préparé une !


Nos héros mangèrent donc un repas non frugal qui leur laissa des lourdeurs d'estomac et ils continuèrent leur chemin.


Dernière édition par Obisam37 le Ven 11 Sep 2009 - 0:12, édité 1 fois
avatar
Obisam37
Retraité

Masculin Nombre de messages : 1500
Age : 24
Date d'inscription : 23/08/2008
Localisation : Truc.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les derniers Fauxiens:sous chapitre 3[Obi, Léos & Mhd]

Message  AC!D le Dim 30 Aoû 2009 - 18:00

Un moment de paix dans ce monde de brutes :D

C'est court, mais ça fait bien son rôle d'interlude.

_____________________

avatar
AC!D
Retraité

Masculin Nombre de messages : 3718
Age : 22
Date d'inscription : 05/02/2009
Localisation : Touine Piks

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les derniers Fauxiens:sous chapitre 3[Obi, Léos & Mhd]

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 3 Précédent  1, 2, 3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum